free counters

"Le passé se prélasse derrière nous sans qu'on puisse se retourner."

 

Célor Chapelle

"La souffrance est parfois plus délicate que l'abandon."

 

Célor Chapelle

"Si vivre comme un Dieu c'est vivre comme un homme alors mon choix est fait."

Célor Chapelle

"L'homme est la seule créature qui refuse d'être ce qu'elle est."

Albert Camus

"L’habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même."

Albert Camus

"Dieu lui-même croit à la publicité : il a mis des cloches dans les églises."

Aurélien Scholl

La création d'Itmild

Lieu :

Les forges d'Haraf. Du 12 juin de l'An 43 de la troisième facette en Alémia du Nord (au-dessus de la forêt d'Irna) au 16 février de l'An 76 de la troisième facette en Alémia du Nord.

 

 

Carte des territoire environnant Alémia
Carte des territoire environnant Alémia

FORGE D'HARAF. AN 43, 12 JUIN

Je n'y ai pas cru au début, aux attrape-rêves.

Comment cela peut-il fonctionner ?

Un bois en cercle, des cordes entremêlées comme une toile d’araignée.

Comment cela peut-il fonctionner ?

Un bête marchand ne peut pas faire de magie sans avoir suivi un enseignement extrêmement dur et aucun magicien ayant suivi un enseignement extrêmement dur ne deviendrait marchand ou n'en aiderai un !

Comment cela peut-il fonctionner ?

Vous me prendrez pour un fou, mais un jour, l'attrape-rêves, que m'a offert mon cousin et que je comptais bruler aujourd'hui, s'est mis à pulser d'un éclat blanc. Un blanc intense et puissant. En plus de cette lumière, il émettait un son long et monocorde, une plainte inconsolable. Sans comprendre je me saisis de l'objet. Cela fait déjà quelques jours qu'il pend à côté de mes outils.

Je ne comprends pas.

 

FORGE D'HARAF. AN 43, 14 JUIN

Je ne comprends pas comment cela peut-il fonctionner ?

La petite lueur qui émanait de l'attrape-rêves est devenue une lumière un peu éblouissante. Je vais devoir la déplacer ou l'enfermer dans une caisse. Au moins, le son a baissé.

 

 

FORGE D'HARAF. AN 43, 15 JUIN

Ce matin, je l'ai mise dans une boîte en dessous d'un des mes établis parce que je travaillais moins vite les outils que l'on m'avait commandés. J'ai une certaine réputation vous savez. On m’appelle "le créateur à pointes". Pas mal hein, créateur parce que je suis forgeron, que je fais des armes, des armures à partir de lingots d'acier pur. Je suis le seul utilisé un tel matériaux. Et on dit "à pointes" parce que... Euh... Je ne sais plus vraiment et je crois n'avoir jamais su pourquoi ! Mais je me dis que c'est parce que je m'était forgé une armure en fer météoritique, vous savez la pierre qui viendrait des "étoiles". Donc "à pointes" car j'avais mis des pointes un peu partout, sur le buste, les épaulières et mon bouclier. Je suis revenu indemne des guerres en Aroz. Tout beau tout propre ! Mais moi et mon armure avions pris des couleurs. Un peu de sang ne fait pas de mal à un gars comme moi ! D'ailleurs, en parlant de sang, j'avais combiné à mon armure un gantelet sur lequel étaient incorporées trois lames en fer météoritique. Les gars l'ont appelé " La Griffe du Tigre". Très utile en combat rapproché, pénètre toutes sortes d'armures. Très bon marché. Hum... Bref voilà. Mais vous savez ce qui m'a le plus impressionné dans cette guerre, c'est notre général. Histo il s’appelait. Il était le seul a manier un des équipements d'Enna. Mais pas n'importe lequel, l'Armure d'Enna, le forgeron roux. Il a créé des armes et des armures aux pouvoirs formidables. Il est le plus grand forgeron de tous les temps. Mon armure ne vaut rien comparée à la sienne. Je l'ai toujours admiré. Il n'a jamais révélé son secret. Il est mort avec lui.

Envie


FORGE D'HARAF AN 43, 27 JUIN

Je crois avoir compris ! J'ai passé deux semaines à la bibliothèque d'Ereivir. Une magnifique bibliothèque. Eh oui, je sais lire aussi ! J'ai eu la chance en tant que médaillé de guerre de pouvoir accéder aux archives qui ne sont pas exposées.

Le secret ce sont les runes. Les nains sont les seuls véritables magiciens dans ces contrées. Je crois bien avoir percé le secret. Voilà un extrait que l'on m'a laissé recopier.

      ARCANES MAGIQUES de T.Lenna depuis "Livres Hérétiques"

La magie de ce monde se base sur les dieux.

"Comment l'utiliser ?" serait une question, il faudrait dire : "Comment la forger ?"

Là dessus, les nains sont en avance sur tous les peuples. Bien qu'on les dise incapable d'utiliser la magie, ils sont les meilleurs, ceux qui l'ont le mieux abordée. En effet, les runes sont la première écriture magique, la première cage à énergie. Ce qu'utilisent nos magiciens ne sont que des flux beaucoup moins puissants. Si les nains connaissaient la force de leurs écrits, ils seraient beaucoup plus puissants. La magie est une essence de vie. La force vitale des dieux en quelque sorte.

 

FORGE D'HARAF. AN 43, 31 JUIN

Ma décision est prise. Je dois aller apprendre le langage runique et comment le graver. Je vais partir demain. Avec seulement un sac d'outils et ma petite caisse. Un voyage magnifique m'attend. Je vais aller directement aux terres gobelines, c'est là que vivent les nains. Oui, ils vivent en harmonie avec les gobelins. Les gobelins eux aussi sont de bons forgerons, l'un d'entre eux m'a appris ce que je sais. Il s'appelait Goza. Un vieil ami. Je crois qu'il est mort. Ça fait quelques lustres que je ne l'ai plus vu. J'espère que les nains n'ont pas perdu de leur hospitalité.

Je vais pouvoir goûter à l'hospitalité des nains ! Une grande privilège. Mon voyage sera long. Je devrais traverser toute Alémia pour arriver en Istodold. Puis passer par les ruines d'Elid-Keron, emprunter le passage de la troisième dent. Pour arriver enfin au cercle de montagne et aux terres gobelines.

Recherche

 

ELID-KERON. AN 43, 27 SEPTEMBRE

C'est étonnant ces ruines. On sent comme une certaine force, un aura même. Comme si l'endroit vivait, qu'il attendait un destin qui n'arrivait pas. C'est ici que vivait Enna. J'ai trouvé une paire de têtes de serpents en fouillant ces ruines. C'est un voyage magnifique.

 

 

LE CERCLE DE MONTAGNE. AN 43, 23 NOVEMBRE

Le passage de la frontière de l'ouest fut difficile, une armée traversait Isotold, une armée accompagnée du Maréchal.

J'ai eu droit à un arrêt de force pour vérifier ce que j'avais dans mes affaires. Un vieil homme à voulu me racheter mon cheval. Quel ignorance, c'est un cheval des Dragons Rouges ! Aussi résistant qu'un poney nain, possédant la célérité des chevaux elfiques et la puissance des montures Yarch. Je ne connais pas ces montures, mais les rumeurs les décrivent comme magnifiques et extrêmement puissantes.

Il ne m'ont rien pris, ils m'ont juste fais payer une taxe, ils n'ont même pas ouvert ma caisse.

Je me suis arrêté ici pour écrire un peu.

 

FORGE NAINE. AN 44, 3 JANVIER

Je suis arrivé. J'ai bien eu l'hospitalité des nains !

Je ne vais plus écrire. Enfin, pas pour le moment.

 

FORGE D'HARAF. AN 58, 8 MARS

Je reviens enfin dans ma forge. Ça fait quatorze ans que je m'en suis allé pour apprendre cet art. Les nains font preuve d'une grande sagesse, c'est pour cela que je les ai écoutés quand ils m'ont dit que mon art ne saurait aller plus haut ici. Qu'il était à son apogée. Que si je voulais forger cette arme, qui serai plus puissante encore que celle d'Enna, je devais retourner chez moi.

Alors voilà. Je suis chez moi.

J'ai remplacé mes outils par ceux des nains. Mais je dois encore reconstruire un partie de ma forge qui s'était écroulée. Je crois que je vais l'agrandir, les cuves que j'ai ramenées sont encombrantes et je dois installer un nouveau système de refroidissement ainsi qu'un soufflet.

Je vais y passer quelques mois.

Apprentissage

 

FORGE D'HARAF. AN 58, 21 AOUT

J'ai finit. Juste à temps. La pluie allait bientôt arriver. Ma forge est deux fois plus grande. Toute s'installe mieux. L'air circule. Je ne me brûlerais plus à cause de la chaleur. Tout semble parfait. J'ai pu renforcer les murs avec de l'acier. J'aurai aimé avoir de l'acier nain, ou du fer météoritique mais je n'en ai que trop peu et je le garde pour ma lame.

Je vais commencer mon travail. L'attrape-rêves ne brille plus, ni n'émet de son. Je crois que le rêve qui y était emprisonné à disparu, ou s'en allé.

Que ma tâche, le travail de ma vie commence.

 

FORGE D'HARAF. AN 58, 30 AOUT

Je n'y suis pas arrivé. Je n'y arriverai jamais. Ma lame s'est brisée. Pour la quatrième fois. Mes runes étaient pourtant parfaites. Mais le choc que j'infligeais à la lame la encore brisée. Je ne peut y arriver. Seul Enna pouvait y arriver. Les nains le disaient aussi. Aucune de leurs armes n'a jamais rivalisé avec celle de Enna. Le Forgeron roux restera le meilleur. Je suis trop vieux aujourd'hui. Du haut de mes quarante-quatre ans j'ai finis ma vie. Ma vieille armure est encore la seule preuve de ma puissance. Mais ce n'est qu'un reste du passé.

Absence

 

MAISONNÉE HARAF. AN 61, 14 FÉVRIER

J'ai tout perdu.

Je ne suis plus seul. Je me suis marié l'an passé, à un femme magnifique, aux yeux bleus, et aux cheveux bruns. Un visage extraordinaire que même les rides ne viennent pas gâcher. Je suis heureux. Bien que j'ai échoué, que je n'y sois jamais arrivé. Je suis heureux. J'ai continué inlassablement mes essais. je n'y arrivais pas. J'ai abandonné, aujourd'hui, le 14 février de l'an 61 de la troisième facette en Alémia du Nord. Plus jamais je ne forgerai

Je suis devenu riche. Mon apprentissage m'aura servi. Je peux avoir une vie paisible. Ma femme attend notre enfant. Je suis heureux. J'ai répertorié tout mes essais, j'ai tout écrit. Mes enfants sauront ce que j'ai fait. Je suis allé acheter les livres enfermés aux archives à Ereivir. J'ai ma propre bibliothèque maintenant. Tout ceux qui viendront voir ce que j'ai fait verront ce qui m'aura inspiré. Tout mon apprentissage runique est là aussi. J'ai répertorié les différentes runes. J'espère que mes enfants prendront le relais pour enrichir mes écrits. Ma forge est toujours là. J'ai fait construire un villa et un mur de pierre autour de celle-ci. J'ai mis sur les murs des anneaux runiques, il créent un aura qui consolide les murs. Mon nom est beaucoup plus connu qu'avant, les marchands passent souvent pour m'acheter toutes sortes de choses. Je leur signe leurs papiers et ils s'en vont, heureux d'avoir des armes de la Maisonnée Haraf. J'ai mon propre blason, j'y ai gravé un Dragon, comme celui de mon régiment de cavalerie.

Un petit village c'est installé à quelques milles. Un beau village. C'est là que l'ai rencontré ma femme.

Abandon mais espoir

 

  MAISONNÉE HARAF. AN 75, 31 JUIN

C'est l'anniversaire de mon fils. Il a douze an.

Il s'est passé quelque chose d'incroyable. Cette nuit. Une plainte lugubre venait de ma forge. Elle nous a tous réveillés, ma femme, mon fils et moi. Je leur ai dit de rester là. Je suis allé à la forge avec mon épée, de peur de ce que j'allais trouver là. Le hurlement me brisait les tympans. Je mis un pied dans la salle, l'attrape-rêves pulsait d'une lumière blanche comme le jour où il avait commencé. Je ne l'ai pas oublié cette lumière, à jamais gravée dans ma mémoire. Je me saisi de cette lampe.

Suddenly, la plainte cessa. La lumière ce fit d'un coup plus forte. Un son de chaîne métallique s'éleva. je ne voyais rien. Puis la lumière baissa. Je pus apercevoir cette chose. Je n'en croyais pas mes yeux. C'était le dessin qui ornait la couverture du livre des hérésies. Une femme aux cheveux blancs et bleus comme la lumière de l'aurore ou d'un orage déchainé. Des éclairs dansaient autour d'elle. Une rage sans nom emplissait ses yeux. Elle me parla ce soir là. Elle m'expliqua qu'elle était la déesse Arilion et qu'elle maîtrisait le soleil et la foudre. Elle m'expliqua aussi qu'elle avait fuit l'Outre-Monde pour rejoindre ce monde ci et que pour cela elle avait dû prendre une forme d'essence. Et là je compris, je compris tout. Les écrits qu'avait laissé Enna, ceux de Lenna et bien d'autres. Tout les documents et livres que j'avais gardés s'expliquaient aujourd'hui. Les dieux étaient la source des pouvoirs des Artéfacts d'Enna. Il les avait emprisonné dans des armes pour qu'elle leur profère la force de chaque divinité. Je n'avais plus qu'a reprendre le symbole qui retient Arilion pour l'emprisonner dans une lame et puis adjoindre ce symbole, inscrire des runes pour contrôler l'arme elle même. Pour que l'essence de cette déesse soit à ma merci. Et que je puisse lui imposer ce que je veut. J'allais y arriver. Enfin... cela fait une éternité que je veux le faire, que j'ai débuté véritablement cette quête. 

Je voulais lui poser d'autres questions mais elle disparu pendant mes réflexions.

Libération

MAISONNÉE HARAF. AN 75, 23 NOVEMBRE.

Comment allais-je m'y prendre ? Je crois avoir compris comment fonctionnait ces attrape-rêves mais ais-je vraiment compris ?

J'ai composé le texte runique que je devais placer derrière le symbole en étoile pour emprisonner la déesse. J'ai peur de ce que je vais faire aujourd'hui...

Doute


MAISONNÉE HARAF. AN 75, 30 NOVEMBRE.

J'ai échoué.

J'ai compris.

J'ai gagné.

J'ai battu la déesse. Elle essaye de s'enfuir de l'attrape-rêves. Mais elle n'y arrive pas. Quand je l'ai liée à la lame, celle-ci a explosé. Trop de puissance. Trop d'ampleur. Une fois que la déesse eu consumé totalement la lame elle est sortie de celle-ci pour être suddenly happée par l'étoile de corde. Elle hurla cette folle, comme une dragonne qui aurait perdu ses petits trop longtemps. Elle m'aurait brisé les tympans si je n'avais pas parlé ce soir là.

Quand je lui ai dit de se taire, elle s'arrêta net. Elle se tût et elle me posa cette question, une question qui changea tout.

"Que dois-faire ?"

J'étais le seul moyen pour elle de vivre hors de cet étoile, de ce pentacle .

Je lui expliqua ce que je voulais. Nous fîmes un pacte : De mon côté, je devais la libérer, enfin un partie d'elle parce qu'elle devait me donner une part de son essence pour que je puisse forger cette épée.

Elle accepta.

Moi aussi.

Mais elle voulu me remercier, car Enna n'avait jamais libéré ses détenus. Il les avait gardés jusqu’à ce que leurs essences aient disparues dans toutes ses artéfacts. Elle me dit qu'elle me laisserai un gardien. Un être éternel qui protègerai notre lignée, à tout jamais.

Je libérai son esprit et elle me laissai son essence.Le pact était clair.

La lumière qui la suivait disparu vite dans la pénombre de l'aurore presque arrivée.

 

MAISONNÉE HARAF. AN 76, 14 FÉVRIER.

Elle est là... Devant moi. C'est l’œuvre de ma vie. J'y ai déversé la moitié de l'essence que la déesse m'avait laissé. Cette épée est formidable. Je ne connais pas l'étendue de ses pouvoirs mais je suis heureux. Je l'offrirai peut-être au général Histo que rien n'a su surprendre aujourd'hui. Peut-être que ce nouvel artéfact va l'étonner.

Je suis heureux. Enfin... Trente-trois ans...

Je ne vais pas laisser mon œuvre où elle est. J'ai encore une déesse de mon côté, qui me protège. Le gardien elle là, puissant et fier. Seul sa tête fait défaut à cette créature.

Je n'ai plus besoin d'écrire. Mon livre est complet. Je vais encore y rajouter le plan de la lame et puis je le laisserai tranquille à jamais.

Je vais pouvoir vivre, tout simplement.

 

Un jour reverrais-je Arillion. Si c'est le cas, je lui présenterai Itmild, son épée.

(Les notes s'arrête ici, Haraf 1er a fini son travail bien qu'il ne sait pas ce qu'il a engendré.)

 

Autres lieus visité par Haraf :

-Ereivir, capitale d'Alémia

-Istodold

-Les Ruines d'Elid-Keron (les têtes de serpents)

-La frontière est du Royaume de l'Ouest.

-Le cerle de Montagne (Bague d'essence)

-Les terres gobelines

-La Forterresse Naine de Kad-Bur-Laz. (Gemmes de Giznukh et l'acier nain)

Articles récoltés complétant l'histoire d'Haraf. Éclairant des zones d'ombres

DANS "COMBAT EPIQUE" DE C.CHAPELLE

Document 3 :

 

Haraf ne forgea pas que la Mère des Lames. Il y a eu au moins une autre arme. Tout ce que je sais c'est qu'elle contenait toute la perfidie et la fourberie de la déesse. Haraf a extrait toute l'essence maléfique de la déesse à cette lame pour qu'elle puisse contrôler le porteur de l'épée.

Nous croyons aujourd'hui que c'est un service rendu à la déesse.

"La seconde" depuis " Journal secret d'un armurier de la 12ème génération et de la 1ère essence" par S.Fold

Document 4 :

 

La Mère des Lames possède deux formes de l'essence de la déesse. Celle de la foudre et celle du "courroux solaire". Les archives indiquent qu'elle a reçu l'entièreté des pouvoirs d'Arilion. La foudre se montre sous la forme d'une forte détonation foudroyante qui embrase l'adversaire du porteur. Mais aussi sous la forme d'une lumière qui varie selon les émotions du combattant. Elle peut être d'une rouge vif aveuglant si le désespoir et la peur possède son propriétaire.

On pourrait croire que le "courroux solaire" se montre sous les traits de la dernière caractéristique que j'ai expliqué. Mais les études de la 9ème guilde prouvent autre chose. Le courroux est représenté par l'invincibilité du porteur. Il ne peut être épuisé tout comme la chaleur et la luminosité du Grand Soleil.

Tout homme n'ayant pas été choisi par la déesse serait directement foudroyé par l'essence emprisonnée dans la lame.

"La Mère des Lames" depuis "Forces et Pouvoirs des Artéfacts" par T.Imri

Extrait du document 5

 

"Les Dieux peuvent venir sous forme d'essence mais ils ne pourront plus jamais revenir dans leur domaine. Il n'y a pas d'accès pour les âmes, peu importe leur race, à l'Outre-Monde."

Document 6 :

 

Après la venue d'Arilion la maison Harf devint riche et puissante. Des voleurs voulant trouver la source de cette richesse soudaine sont allés piller la demeure.

Nous avons rencontré ces voleurs. Ils nous ont raconté que lorsqu'ils étaient rentrés dans la cour de la villa ils avaient vu, debout au milieu de celle-ci, une créature effrayante. Elle portait une armure orange et bleue sertie de pierre précieuse. Elle avait aussi une tête proéminente avec des antennes qui brillaient dans la nuit. Les voleurs l'ont identifié comme la gardienne de la maisonnée Haraf.

Un autre groupe de voleurs eu moins de chance qu'eux. Ils se firent décimer. Sauf deux ; Haring Histo et Tegrena Fot.

"La Maisonnée Haraf" depuis "Grandes lignées d'Alémia" par N.Goldianis

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Béraude Chapelle (dimanche, 02 octobre 2011 20:19)

    Ceeeeeeeel ! J'ai lu ton texte et c'est pas mal !!!! C'est un peu bizarre, avec tout ces noms de lieu que tu trouves ( je sais pas ou d’ailleurs !)Mais j'aime encore bien ! Bisous